Le Nouveau Libertarien

Le Nouveau Libertarien

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Soutenez notre lancement !

Sortir de la bureaucratie qui plombe la création d’entreprise

La création d’une entreprise en France peut s’avérer être un parcours semé d’embûches, principalement en raison des obstacles administratifs qui entravent le processus. Les entrepreneurs font souvent face à des difficultés bureaucratiques qui peuvent décourager même les plus déterminés. Dans cet article, nous explorerons les principales raisons derrière ces problèmes administratifs et comparerons la situation avec celle des États-Unis, mettant en lumière les différences qui pourraient expliquer pourquoi la création d’entreprise semble plus accessible de l’autre côté de l’Atlantique.

L’administration Française

En France, la création d’une entreprise se révèle être un véritable parcours du combattant, nécessitant une série d’allers-retours entre différents acteurs tels que des professionnels, des banques et les administrations étatiques. Le processus est caractérisé par une multiplicité d’étapes, chacune demandant des documents spécifiques, des réunions, et souvent, une dose importante de patience.
Choisir la forme juridique constitue déjà une première étape cruciale parmi un éventail d’options. Ensuite, la rédaction des statuts, une tâche souvent dévolue à un avocat ou basée sur un modèle préexistant, est nécessaire pour établir les règles de fonctionnement de la société. C’est là que commence le va-et-vient entre les divers acteurs du processus.
La domiciliation d’entreprises, une étape visant à protéger l’adresse personnelle des dirigeants, s’avère être un processus complexe avec la nécessité de fournir des documents tels que la pièce d’identité, le justificatif de domicile ou une attestation, ainsi que les statuts de la société. Pour déterminer le capital social, la désignation d’un responsable comptable et l’organisation d’une assemblée générale sont de mise. Cependant, l’obtention d’une attestation de dépôt des fonds auprès des banques traditionnelles, surtout pour les jeunes entrepreneurs, se révèle être un défi de taille, pouvant entraîner des refus.

Le dépôt des statuts et l’immatriculation auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) sont des étapes nécessitant une documentation précise. L’obtention de l’extrait K-bis, la libération des fonds sur un compte bloqué, l’attribution du numéro SIRET, et le choix du régime fiscal prolongent davantage le processus. En France, chaque étape semble être accompagnée d’un déluge de papiers et de formalités administratives, contribuant à une durée prolongée du processus.

Cas aux Etats-unis

Comparativement, aux États-Unis, la simplicité prévaut. Le choix de la forme de la société se fait rapidement avec un formulaire à remplir en quelques minutes, éliminant le besoin de statuts détaillés. La domiciliation est simplifiée, nécessitant uniquement une carte d’identité sans justificatif de domicile. Le coût de création est moindre, le processus est expéditif (seulement deux jours), et l’ouverture d’un compte bancaire se fait en trois jours avec seulement un numéro EIN et une pièce d’identité.
Ainsi, la différence dans la complexité des processus entre la France et les États-Unis met en lumière les défis administratifs rencontrés dans l’hexagone, alors que de l’autre côté de l’Atlantique, la simplicité et l’efficacité caractérisent la démarche entrepreneuriale.

En conclusion

En conclusion, le processus de création d’entreprise en France se révèle être un véritable marathon administratif, demandant un investissement considérable en termes de temps, d’énergie, et d’argent.
Ce temps passé, cette énergie déployée, et ces coûts engagés dans la jungle administrative française peuvent avoir des conséquences néfastes sur la dynamique entrepreneuriale du pays. Les processus sont susceptibles de freiner l’émergence de sociétés innovantes et dynamiques, celles-là même qui pourraient contribuer à enrichir le pays et à se développer à l’échelle internationale. Ainsi, cette lourdeur administrative semble créer des barrières à l’entrée, limitant l’accès à l’entrepreneuriat à une élite déterminée et/ou cultivée.

Comparativement, aux États-Unis, la création d’entreprise n’est même pas un sujet de discussion. Tout va vite, les démarches sont rapides, et cela favorise un dynamisme entrepreneurial sans pareil. Ce climat propice à l’entrepreneuriat permet une mobilité sociale ascendante, car la création de société n’est plus réservée à une élite déterminée, mais accessible à tous. La simplicité des démarches aux États-Unis encourage une plus grande participation, favorisant ainsi un écosystème entrepreneurial plus inclusif et dynamique.

En fin de compte, repenser et simplifier le processus de création d’entreprise en France pourrait constituer un levier essentiel pour encourager l’innovation, stimuler le développement économique, et offrir des opportunités entrepreneuriales à un éventail plus large de la population. La comparaison avec les États-Unis met en lumière la nécessité d’explorer des voies pour rendre l’entrepreneuriat plus accessible et attractif en France.

Soutenez notre lancement !

À la une

Suivez-nous